Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 19:08

DSC_0379.JPG

 

Algérie

 

 

 

Après le Grand Sud Algérien, je me suis rendue sur la côte est dans les wilaya de Bejaia et de Setif..

 

 

 

Je n’ai certes pas le privilège de disposer de toute la connaissance pour comprendre ce pays qui est assurément une gageure pour le voyageur occidental qui se doit de poser un regard avec toute l’objectivité et l’exhaustivité qu’il requiert pour rester claire mais je sais que c’est par le dialogue que nous pouvons poser plus sereinement nos différences afin d’en comprendre les bases communes. C’est à partir de ce que sont les autres qu’on peut prendre conscience de ce qu’on est soi-même. Alors si nous regardons les autres et que nous trouvons des défauts en eux, nous devons considérer que nous avons des défauts comme les autres. Le reconnaître, c’est le premier pas pour le contrôle de soi-même et pour la compréhension des autres.

 

De ce fait, si je me crois autoriser aux comparaisons entre nos deux cultures, c’est qu’au plus profond de moi, je sais qu’elles vont déployer des réflexions qui vont mettre à jour certaines déficiences dans notre vision occidentale et inciter à se mettre doucement à réfléchir à une thérapie propre à permettre la restauration des grands équilibres qui existaient entre l’Algérie et la France.

 

C’est au milieu de ce désordre citoyen dans une chaleur épouvantable que je me sentie brutalement envahie de repères identitaires comme si l’Algérie était un rappel des origines passées.

 

 

 

Est-ce l’état antérieur de subjection coloniale encore frais dans nos mémoires et dans nos corps ?

 

Est-ce  cette partie d’histoire commune encore mal appréhendée qui nous laisse de part et d’autre, un sentiment fort qui vacille entre haine et amour au bord du cœur…Délivrant un même message :

 

Combattre l’anomie dans lequel se débattent nos deux pays et bien comprendre que les mentalités françaises et algériennes sont beaucoup moins malléables que tous les objets et les êtres que l’homme a fait plier à sa volonté.

 

Pourtant rien n’est irréversible. L’Algérie et la France miroitent chez l’une et chez l’autre de graves dysfonctionnements qui perturbent les sociétés en général.

 

Il appartient au peuple de parer à la déshérence des mouvements gouvernementaux pour enrayer le processus de déliquescence dans lequel se trouvent L’Algérie et la France.

 

Comment ?

 

Par exemple, en ne donnant plus caution aux points de vue économique, politique et traditionnel qui de leur vision souvent simiesque  éloignent de la réalité.

 

Il faut donc absolument apprendre à regarder ailleurs qu’au travers des thèmes conventionnels souvent imposés et qui se veulent vérité. La sur- médiatisation et l’instruction déploient autour de nous un carcan qui nous oblige à regarder le monde dans un kaléidoscope aux images bien  ciblées qui nous laissent végéter dans une sorte de torpeur malsaine.

 

Aujourd’hui, la conscience de l’homme aurait besoin d’un choc sans commune mesure pour qu’il puisse prendre l’exact mesure du monde qu’il l’entoure et encore faut-il qu’il en assimile les lentes et bienfaisantes secousses pour se remettre dans le mouvement universel qu’il semble avoir perdu.

 

Ce n’est certes pas les immenses découvertes scientifiques  et techniques qui nous aident à comprendre le monde qui nous entoure,  car au contraire, elles nous en éloignent ; mais bel et bien l’exploration des continents. C’est le seul moyen de se faire une véritable connaissance sur la nature et l’histoire d’un pays et de comprendre que la condition de l’homme incarnée est à ce point différente que la fragile synthèse intellectuelle dans laquelle une bonne partie de l’humanité vit, ne peut qu’au fil du temps se lézarder.

 

Nous avons l’un de l’autre pour comprendre la Méthode qui permettrait à nos pays de garder une place de choix dans Le Monde économique.

 

Ma visite en Algérie m’a fait comprendre qu’il fallait absolument nettoyer les déblais des structures périmées que l’histoire et les mentalités conservent odieusement pour empêcher toute reconstruction sur des fondations solides et permanentes. Les ressources de ce pays et l’énergie humaine combiner au savoir faire technologique et artisanale de la France permettraient à nos deux pays de redonner un sens à la vie, un objet à la pensée, un moyen à l’art.

 

Pour cela, il nous faire plus ample connaissance et laisser la possibilité aux occidentaux d’aller et venir en Algérie. Pour comprendre, un pays il faut le visiter, le chercher, le vivre. C’est valable dans l’autre sens. Les Algériens s’imaginent que la France est un Eldorado alors qu’elle est en fait à la dérive faute d’un sang neuf dans ses veines.

 

Il est hors de doute de penser qu’on ne puisse toucher la vérité générale qu’au travers de destins particuliers mais bel et bien au travers de tous les peuples du monde..

 

Comme une analyse spectrale d’œuvre littéraire, l’analyse spectrale des différents pays qui constituent le monde permettraient de palier à l’ignorance des peuples par la diffusion plus ample d’écrits personnels tel que je le fais par le biais d’internet.

 

Il faut à tout prix empêcher la dogmatisation spontanée des médias et des politiques qui cherchent à nous faire croire que l’homme ne choisit pas ses actes ainsi que les valeurs qui les justifient.

 

Pourquoi empêche-t-on la croissance de l’Algérie et de la France par une étatisation excessive qui se veut nous enlever une liberté, une autonomie, une puissance d’agir nécessaire au fondement même de l’être.

 

Le conditionnement de la destinée humaine est à ce point développer en Algérie et en France qu’on se demande comment et encore, ces deux pays arrivent à supporter le régime économique, sociale et politique qui les gouverne.

 

Les émeutes qui ont ensanglantés l’Algérie dans les années 90 sont un exemple sur lequel nous devrions réfléchir et nous appuyés pour comprendre que nous risquons nous aussi en France d’en arriver un jour dans les mêmes extrémités.

 

 

 

On ne peut vouloir continuer à mettre sous cloche des hommes qu’une histoire commune a rendu assez puissant pour dominer leur destin.  Camus avait fait entendre cela avant la seconde guerre mondiale. Il avait entendu ce cri d’angoisse existentiel du peuple algérien.

 

Il avait ressenti tout comme moi, en visitant l’Algérie, cette dispersion de l’être dans l’univers qui apparait un peu comme l’état d’innocence livré au plaisir des sens et indifférent à l’esprit. Aujourd’hui, cet état demeure mais il n’a apparemment plus cette pureté  dans lequel l’Algérie trouvait cette patrie de l’âme où devient sensible la parenté du monde. Tout semble s’éteindre doucement dans un laissé aller…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ledivinparadoxe - dans MES VOYAGES ICI ET AILLEURS
commenter cet article

commentaires

halim 20/06/2015 09:53

https://youtu.be/Xrs4QCf6R5M

Abu Nunuch 18/04/2015 21:49

Si je le pouvais , je mettrais bien ce texte sur les manuels scolaires , ceux d'Algerie e ceux de France

Présentation

  • : Le divin paradoxe de Yaris
  • Le divin paradoxe de Yaris
  • : Les yeux dans les étoiles et en même temps l'univers est et n'est pas. N'oubliez jamais les deux pôles de la Vérité, l'Absolu et le Relatif. Méfiez-vous des demi-vérités...
  • Contact

Pages